Le changement de saison chez les célibataires


Alors que l’été tire à sa fin, ils s’ennuieront. Alors que les soirées sur le bord du feu, les bbq et les verres sur une terrasse tirent à leurs fins, ils réaliseront. Ils réaliseront qu’être célibataire l’été c’est plutôt facile, agréable comparé aux longs mois d’hiver froids et seuls qu’ils s’apprête à vivre probablement pour la première fois depuis des années.

Après avoir moi-même passé 3 années seule, 12 saisons en solitaire à la maison, je sais de quoi je parle. L’effet euphorisant de l’été, des gens heureux et relax va bientôt s’évaporer. Le besoin viscéral de se retrouver emmitouflé avec à leurs côtés quelqu’un qui saurait les réchauffer se fera sentir. Les nuits commenceront à 21h plutôt qu’à minuit à cause de trop d’ennuie. La parade des séries télévisées écoutées en rafale avec leurs airs de zombies va bientôt se pointer le bout du nez.

Les fiches sur les sites de rencontres se multiplieront, les locations de films au club vidéo accompagnées d’un bon poffcorgn grimperont.

Bientôt ces célibataires texteront leurs ex, hypocritement pour avoir de leurs nouvelles : « Salut, et puis quoi de neuf ? » Espérant une réponse rapide et une petite conversation qui sera ponctuée de : « que deviens tu ? » « as-tu quelqu’un dans ta vie » « je pense souvent à toi » Tout ce chit-chat pour avoir une soirée en compagnie de nos bonnes vieilles pantoufles. Ces pantoufles si confortables, si faciles à enfiler… Après quelques rencontres, ils auront tôt fait de retrouver leurs bonnes vieilles habitudes, les bonnes autant que les mauvaises. C’est si facile de retourner dans ce que nous connaissons, une sécurité, une aisance rassurante en ces mois seuls de l’hiver.

La suite ? Bah, probablement quelques textos seront échangés par-ci par-là avec leurs ex. Ils remettront en questions les décisions qu’ils auront pris le printemps d’avant et se diront que finalement ce n’était pas siiiiii piiiiiire que ça. Mais ce sera trop tard ! C’est à ce moment là que le vrai célibat commencera, lorsqu’il n’y aura plus de réponses aux textos. Lorsque la page sera vraiment tournée et que seuls devant leurs écrans 48 pouces, sac de chips et coke à leur coté, ils n’auront que d’autre choix que de faire sur eux une introspection et apprendre à vivre avec eux-mêmes.

Certains s’empresseront de s’arrêter les pieds à la première possibilité de relation. À ceux-ci je ne peux que vous dire que je suis désolée pour vous. Désolée car au printemps prochain, le même manège se reproduira. Le soleil et l’appel des terrasses vous fera réaliser que rien n’a changé, que vous n’êtes finalement pas bien dans cette relation, que vous n’avez fait que boucher la solitude hivernale qui vous faisait peur… Et vous recommencerez ce manège, cette grande roue tellement endormante.

Aux autres qui prendront le temps de vivre seuls, qui s’ennuieront durant des soirées entières. Qui n’auront d’autres choix que de passer du temps avec la personne la plus importante dans votre vie (lire ici « vous »), à vous je vous dis que c’est le plus beau cadeau que vous pouvez vous offrir. Mangez-en du poffcorgn seuls sur votre sofa, apitoyez-vous un peu sur votre pauvre sort de célibataire. Mais vivez ces moments en vous disant que la prochaine personne qui entrera dans votre vie, vous saurez qui vous êtes et ce que vous voulez vraiment. C’est à ce moment, quand vous serez enfin bien, confortable devant votre grosse tivi, quand vous aurez pris goût à dormir en diagonale, que vous serez prêt à rencontrer et à laisser entrer quelqu’un dans votre nouvelle vie !

Bon début d’automne chers vous autres !

Le miroir


J’ai toujours été la passionnée, celle qui voulait tout donner du premier coup, qui donnait coeur et âme quand je jetais mon dévolu sur un homme. Pour une rare fois, c’est l’inverse qui s’est produit. Pour une rare fois c’est lui qui aurait été prêt à tout donner, à attendre le temps qu’il fallait afin que je sois prête à redonner mon cœur.

J’ai enfin vu à quel point je pouvais également être intense lorsque je tombais en amour. Je l’ai vu au travers les yeux d’un homme. J’ai réalisé que ça existait vraiment, qu’un homme pouvait réellement s’intéressé à moi, sans attentes. J’ai trouvé mon équivalent masculin, quelqu’un qui était identique à moi sur le plan amoureux. Il donne sans regarder, il est prêt à tout pour passer du temps de qualité avec la personne qui l’intéresse. Aucune jalousie, une belle ouverture et écoute, un côté sociable qui me faisait beaucoup penser à ma personnalité. Une personne sincère, honnête et intègre.

Il était intense dans sa façon d’être avec moi, intense dans le sens que malgré le fait qu’il me connaissait à peine, il était le premier à vouloir me rendre service. Intense dans sa gentillesse. Il m’a rarement été donné de rencontrer quelqu’un comme ça. Je réalise enfin comment mon ex copain a pu se sentir lorsque j’ai agi exactement de la même façon avec lui. Pas que ça fait peur, mais ça déstabilise … Nous ne sommes pas habitué à la simplicité et la gentillesse gratuite, nous cherchons trop souvent le compliqué.

Cette personne avait tout pour me plaire, du look à la personnalité rien n’y manquait sauf mon cœur et mes trips. Pouvoir forcer des sentiments, je l’aurais probablement fait pour lui. Peut-être est-ce à cause de mon dernier échec amoureux ? Aurais-je tout donné dans cette relation que je ne suis plus en mesure de donner quoique ce soit à un autre? Peut-être est-ce simplement le fait qu’on ne peut pas forcer des sentiments …

J’ai réalisé que nous pouvions facilement écouter notre cœur même si notre tête nous dit l’inverse, mais nous ne pouvons jamais suivre notre tête si le cœur n’y est pas. J’ai eu beau me dire que là était la relation qui aurait pu me rendre heureuse, j’ai eu beau essayer, j’ai du mettre un terme à tout ça. Je ne suis pas prête, je compare trop souvent à ma dernière relation. Je recherche trop cette complicité unique que probablement je ne retrouverai plus jamais. Une complicité qui sera différente sûrement, mais une complicité de ce calibre je crois qu’on retrouve ça seulement une fois dans sa vie.

Je ne sais pas si un jour je serai prête à nouveau à m’investir, à aimer comme je l’ai aimé LUI. Je ne sais pas si je vais retrouver cette drive qui m’allumait tant. Mais ce que je sais, c’est que je ne serai plus jamais aussi intense dès le départ. Je l’ai souvent dis, on apprends avec toutes nos relations, mais on apprends aussi lorsqu’on doit dire à quelqu’un qu’il n’est pas la personne pour nous.

Bien que ce ne fut que quelques baisers d’échangés, quelques rendez-vous entre amis, il m’a fait réaliser plus de choses sur moi que j’aurais cru imaginer. Et je l’en remercie pour ça.

Cette rose séchée restera dans ma maison, elle sera le symbole de ton passage qui aura eu plus d’impact sur moi que tu ne peux l’imaginer.

Ce soir je peux fermer la page sur un chapitre de ma vie… Je passe enfin à autre chose…

Isa

Les ex


On en a tous 1 ou 2 qui traîne dans le placard… renfermant de bons ou mauvais souvenirs. Qui nous laisse un goût amer ou un goût d’absolument rien dans la bouche !! Un ex !! On n’y peut rien, sont là et ils vont rester !

(Prendre note que je parle des ex au masculin parce que, eh oui je suis une fille !!! mais ça peut s’appliquer autant pour vos ex messieurs !)

Y’a notre premier chum, celui à qui nous avons enfoncer notre langue maladroitement dans le fond de sa bouche. Celui qui nous laissait une trace, une trace dis-je ??? Non un lac de bave sur le menton !! Cet ex là nous laisse assez indifférent, sauf quand vient le temps de raconter l’anectode du premier baiser, alors là il est utile sinon … il est très loin dans nos souvenirs !!

Y’a ensuite celui avec qui nous avons été « un peu plus loin » ! Le « second base » comme disent les anglais ! Avec celui là on a apprit le « frotte jeans » Vous savez cette activité où l’on croyait maîtriser les mouvements de ce qui deviendra plus tard la baise !? Mais avouons le … les premiers petits papillons dans le bas du ventre se sont fait sentir durant ces « frotte-jeans ». Habituellement cet ex reste un bon souvenirs puisqu’il nous rappel l’adolescence, les découvertes, les amourettes ! Si nous le croisons sur la rue, ça nous fera toujours plaisir de prendre de ses nouvelles et savoir ce qu’il est devenu ! (Dans mon cas probablement il est probablement en train de se cacher de la police en quelque part ! vive Hochelaga Maisonneuve !!)

Entre le dernier ex et les autres évidemment il peut y avoir eu quelques fréquentations par ci par là qui ne nous ont pas marqués plus que les autres. Sauf évidemment si des anecdotes comme : il a peter au lit lors de notre première nuit ou autres subtilités comme celle là nous rappel que nous avons bien fait de les laisser passer !!

Maintenant l’ultime EX, celui en majuscule, l’EX qui vous en a fait baver, et qui peut-être vous en fait encore baver. Celui qui n’a peut-être pas encore décroché et qui essaie encore de vous ravoir. Qui n’a jamais réussi à passer à autre chose et tente par tous les moyens possibles de vous rendre coupable de son malheur actuel même après plusieurs années de séparations.

Ou bien celui qui est l’autre parent de votre enfant. Donc avec lequel vous aurez à dealer pour le reste de votre vie (ou du moins les 20 prochaines années). Cet ex peut, je vous le souhaite, être bien dans sa peau et vous laissera vivre votre vie sans essayer de continuer d’en tirer les ficelles. Ou encore, il essayera de garder un contrôle sur le comment vous gérer votre vie ! Cet ex qui essai tant bien que mal de vous faire croire que sa vie est mieux que la vôtre. Comme pour vous faire regretter de l’avoir laisser partir. Cependant, avec le recul vous avez pris le temps de le regarder aller. Et toutes les raisons que vous avez eu de le laisser ne font que se confirmer avec les années. Cette personne n’était pas pour vous ! Même si une séparation peut être difficile, parfois c’est le plus beau cadeau qu’on peut s’offrir.

Peu importe le genre d’ex que vous avez dans votre vie, ils ont malheureusement tous une raison d’être ! Il ne faut pas oublier que nous sommes tous l’ex de quelqu’un aussi ! Essayer de vivre VOTRE vie, arrêtez de vouloir vous introduire dans la vie de votre ex. Si vous n’êtes plus ensemble c’est qu’il y a une raison pourquoi vous n’étiez pas fait pour être ensemble.

La méchanceté, le goût de se venger de la peine que l’autre a pu nous causer ne vaut pas tout le bonheur que la vie peut nous apporter si on laisse de côté le négatif du passé ! Vivez en pensant au futur et non pas en regardant en arrière ! Souriez pour ce que vous avez vécu et remercier la vie d’être plus fort aujourd’hui grâce aux différentes expériences que vous avez vécues avec ces ex !!

Isa

Célibataire ne voulant plus d’enfant


Pourquoi est-ce si surprenant qu’une jeune femme de 30 ans, célibataire, avec déjà un enfant n’en veuille plus d’autre ? Y a-t-il un règlement de vie que je n’ai pas lu ? Quoique moi et les règlements … boff.

Récemment, dans un souper avec des amis, ils m’ont demandé ce que je ferais si par magie l’homme idéal se pointait devant moi et qu’il voudrait se reproduire. Ma réponse fut que j’allais devoir le laisser passer. Avoir un enfant avec quelqu’un,  c’est un engagement à vie, ce n’est pas une question d’acheter une maison sur la Rive-Sud versus la Rive-Nord. Avoir un enfant pour faire plaisir à l’autre, c’est là le début de la fin. Ce n’est pas un compromis du genre qu’il n’aime pas les brunes alors je vais me teindre en blonde !! Oui je suis prête à laisser passer le meilleur des hommes, celui qui saurait me combler parce qu’il veut des enfants. Qui suis-je de toute façon pour brimer le rêve de quelqu’un ? Parce qu’il ne faut pas se le cacher, à la moindre chicane il va sûrement me lancer en plein face que LUI, il a fait le sacrifice de ne pas avoir d’enfant pour MOI. Alors non merci.

Pourquoi je ne veux pas d’autre enfants ? Et bien, lorsque j’étais jeune, j’étais convaincue qu’être mère n’était pas pour moi. Les cris, les pleurs, oh que non ! J’avais alors 23 ans quand j’ai su que j’allais devenir maman. Bonne job, bel appartement, le couple avait presque 4 ans et allait « relativement » bien, alors la décision fut facile.

Jamais dans ma vie je n’aurai trouvé quelque chose d’aussi difficile que d’élever ma fille. Je me sentais seule, pas beaucoup d’aide, pas beaucoup de temps pour souffler. Alors qu’à 24 ans, tous mes amis sortaient dans les bars, moi je restais sagement à la maison à jouer à la superwoman. Je n’étais plus du tout rendu au même point qu’eux… J’ai vieilli tout d’un coup.

Un enfant c’est difficile sur un couple, moins de temps ensemble, moins de patience etc. J’ai eu beau me battre et essayer de me convaincre, mon couple partait à la dérive et lorsqu’elle avait 2 ans et demi je me suis séparée. Ce fut l’épreuve la plus difficile que j’ai eu à vivre. 1- parce que c’était mon premier chum sérieux, le premier avec qui j’habitais et que je partageais ma vie avec lui depuis 8 ans et 2- parce que je me retrouvais complètement seule avec un enfant de près de 3 ans. Comment allais-je faire ? Un enfant à temps plein avec moi, le travail, l’appartement, les comptes ???? Bref, j’ai réussi, et je crois que j’ai même très bien réussi. Ça ne sert à rien que je vous raconte les dernières années en détails, mais aujourd’hui ma fille a 6 ans, elle est autonome, intelligente et elle est tout ce dont je souhaitais qu’elle soit. Beaucoup plus intelligente et allumée que j’aurais jamais imaginé, elle est la personne la plus importante dans ma vie. Même lors de ma dernière peine d’amour, elle a su être plus forte que sa maman ! Elle apprend de moi comme j’apprends d’elle !!

Bref pour revenir au fait que je ne veux pas d’autre enfant, ce que j’ai vécu avec elle, je l’ai fait 1 fois et plus jamais je ne veux revivre ça. Même si aujourd’hui nous sommes en garde partagée son père et moi, élever un enfant seule fut extrêmement difficile, mais aussi très gratifiant. Personne ne peut garantir qu’un couple va fonctionner, alors je ne veux pas prendre la chance d’avoir un autre enfant et de revivre une autre séparation. Je ne veux pas être la fille qui a 2 enfants de 2 papas différents et qui est à nouveau célibataire.

Je suis heureuse qu’à 30 ans ma fille en aille 6 et d’avoir la complicité que nous avons ! Je regarde mes amies qui ont de jeunes enfants et je suis heureuse que tout ça soit derrière moi ! Je n’ai plus la force, le courage ni même la patience de refaire ce qu’elles font aujourd’hui ! Je préfère de loin m’assoire avec un bon popcorn, écouter un film collée contre ma fille et ne pas avoir à penser que je dois changer sa couche, aller la laver et surtout passer encore une nuit blanche !!!

Ma fille est le plus beau cadeau inattendu que la vie m’ait fait, elle est la meilleure partenaire de vie que je puisse avoir. Ça m’aura pris 3 ans avant que je la présente à un amoureux et elle aura eu également une mini peine d’amour lorsque cette histoire s’est terminée pour une 2 fois. Alors je vais protéger mon coeur et le sien lors de ma prochaine rencontre. Et surtout, qu’il soit beau, grand, fort, intelligent avec toutes les qualités que je recherche, si il veut fonder une famille, cet homme parfait devra aller trouver une autre femme, parce que moi, la boutique est fermée 😉

20111108-211310.jpg

La fin d’un début


(Vous référez au texte Coup de foudre, destin et boule de gomme pour connaître le début de cette petite histoire si vous ne la connaissez pas !)

Les enfants ont cette vision des choses qui nous aide à comprendre une situation. Après lui avoir dit que nous ne reverrions plus notre Ours, elle me dit : « Maman, pourquoi on ne le verra plus ? Il n’avait pas laissé son cœur guérir avant d’être avec toi !? » C’est ça mon bébé tu as tout saisi la situation … J’ai cru à tord qu’on pouvait aider quelqu’un à guérir ses anciennes blessures aussi profondes qu’elles puissent être … Mais je dois malheureusement me rendre compte que malgré tout l’amour, l’écoute et l’aide qu’on puisse offrir à quelqu’un, on ne peut l’aider ou encore réparer son cœur à sa place. J’espère cependant que le petit bout de chemin qu’il aura fait avec moi l’aura aidé à réaliser quel homme merveilleux il peut être.

Pour ma part, j’en sors blessée oui, mais plus forte. J’y ai cru, j’aurai essayé et j’aurai aimé à nouveau pour la première fois depuis 3 ans. Je me rends compte qu’en faire beaucoup, voir trop pour quelqu’un peut nous mener à notre propre perte. Parfois il faut laisser aller les gens, les laisser atteindre le fond seul afin qu’il puisse remonter plus fort …

J’ai frappé (merci à un coach au gym qui m’a servi de punching bag humain !! hihi), j’ai pleuré, j’ai ragé de ne pas pouvoir comprendre ce qui venait de se passer. Mais je vous dirais que j’ai plus appris dans cette courte relation de 4 mois que depuis mon célibat des 3 dernières années. Je ne sais pas si je peux qualifier ça d’un échec puisque nous n’étions pas officiellement en couple (voir mon article précédent)… cependant, étant qui je suis, la grande rêveuse que je suis, j’y ai cru et j’ai tombé. Par contre j’ai ce réflex de vaciller entre ce que mon cœur me dit et ce que ma tête s’efforce de me faire comprendre à chaque fois. Alors je n’étais pas trop haute dans les nuages, ce qui fait que la chute est moins douloureuse. Comme je le dis si bien, à quoi sert d’avoir de belles fesses bombées si ce n’est que pour rebondir et se relever plus vite.

Certaines personnes n’ont jamais connu ce que c’était que le vrai bonheur, vous savez le bonheur facile. Celui où rien n’est compliqué, celui où l’autre vous aime simplement et purement parce qu’il vous aime, sans mais, sans conditions. Et lorsqu’ils l’ont sous la main, ils ont peur. Peur que ce soit un piège, peur de se faire avoir à nouveau. Certaines personnes n’osent pas croire que le bonheur est fait pour eux, alors ils se font un « patern » de vie qui les sécurise.

Pour l’instant je ne sais quoi dire de plus. Je voulais simplement boucler la boucle de cette courte histoire qui n’a même pas eu le temps de réellement débuter et vous faire part de cette fin.
La vie m’a donné la chance de rester célibataire pendant 3 ans pour bien guérir les blessures que j’avais, pour apprendre à devenir forte et apprendre à savoir qui j’étais réellement. Je lui souhaite la même chose, ça serait le plus beau cadeau qu’il puisse avoir de la vie.

Pour ma part, comme dit ma fille, on va laisser le temps à mon cœur de guérir, même si il est fait fort et que je me relève rapidement, je dois mettre cette histoire en perspective et apprendre de tout ça.

Votre Bavardeuse officiellement célibataire à nouveau est de retour !

La quête du Statut


– Et puis comment ça va avec ton chum ?
– Ben en fait nous ne sommes pas encore officiellement en couple …
– Ah non ?
– Non et c’est correct, on a tout d’un couple sauf le titre, alors c’est ok …
– Ben là, si il ne veut pas s’afficher officiellement en couple avec toi, c’est surement parce qu’il ne t’aime pas suffisamment …

Ceci revient souvent dans les conversations entre 2 chums de filles … Les femmes nous avons cette manie de vouloir à tout prix obtenir le titre de Blonde, celui de Couple … Pourquoi ? Pourquoi avons-nous besoin de ces mots pour avoir la certitude que la personne avec qui nous passons nos journées, soirées, w-e, nous aime vraiment ? Pourquoi avons-nous tant de difficulté à simplement croire aux gestes, au concret plutôt qu’à un vulgaire statut ?

J’ai eu longtemps cette théorie où je me disais que si le mec n’assumait pas le fait qu’il vous aimait suffisamment pour vous présenter à ses proches comme étant sa blonde, qu’il ne vous méritait probablement pas. Aujourd’hui mon fusil a changé un peu d’épaule… Vous me corrigerez messieurs si j’ai tout faux …

Ce que j’ai réalisé, suite à une discussion avec mon meilleur ami, c’est qu’un homme prend souvent beaucoup plus de temps qu’une femme à surmonter un échec amoureux. L’orgueil de ne pas avoir réussi, le fait de s’être fait avoir, d’avoir été blessé par cette personne en qui il avait confiance. Une fois le couple terminé, bien difficile il sera pour l’homme de refaire confiance à nouveau. Contrairement à la femme qui, bien souvent (pas toujours) croira à l’amour rapidement lorsqu’elle rencontrera un nouveau prospect.

Alors nous avons notre homme sortant d’une relation de couple de merde, qui a probablement souffert et qui maintenant associe le mot «couple » avec sa dernière relation. Sa dernière relation qui représente pour lui : tromperie, mensonge, engueulade etc. Veut-il retomber dans ce cercle encore une fois ? Non bien évidemment. Alors il agira avec vous comme si il était en couple. Il vous aimera, fera des plans avec vous, mais se gardera toujours cette réticence à vous identifiez comme un couple puisqu’il a peur de se faire avoir à nouveau. Comme me l’a si bien dit mon ami : Donnez lui le temps de mettre sa relation « de merde » derrière lui et de ne plus associer « couple » avec ce qu’il se rappelle de son vécu et les choses rentrerons inévitablement dans l’ordre si réellement il vous aime.

Nous vivons tous avec les séquelles de nos anciennes relations. Certaines blessures prennent plus de temps que d’autres à guérir. Mais parfois il faut laisser aller le passé et faire confiance à la vie.

Tant que les 2 vous êtes bien dans la relation, pourquoi faut-il tant s’attarder à un titre ? Comme pour certaines femmes pour qui le but ultime est de se marier ? Encore une fois obtenir un statut … Pourquoi ne pas juste vivre à fond la relation telle qu’elle se présente et en ressortir le bien ? En couple, accoté, célibataire mais pas disponible, peu importe, vivez à fond ce que vous avez à vivre !!! Une vie, on en a qu’une !

Votre Bavardeuse !

Good vs Bad


Pourquoi est-ce si difficile pour certaines personnes de se libérer d’une relation abusive ? Pourquoi le compliqué l’emporte souvent sur le simple ? Les gens qui ont été dans des relations où la manipulation et la jalousie régnaient savent de quoi je parle …

L’autre n’a qu’à dire qu’une seule parole, un simple regard et la force de nous tenir droit s’envole et nous plions, nous nous sentons coupable pour quelque chose que nous n’avons pas fait. Il ne faut pas oublier que ces personnes sont des maîtres dans ce domaine. Ils savent exactement où ça fera mal et surtout qu’est-ce qui aura de l’impact. Mais ils sont aussi les maîtres du déguisement car aux yeux de ceux qui ne partagent pas leur vie, il n’y a pas plus gentils, drôles et aimable qu’eux.

Une fois que vous avez vécu ce genre de relation il est facile pour vous de le détecter chez les autres. Et côtoyer des gens qui sont dans ce genre d’emprise vient me chercher directement. J’ai envie de leur donner la force qu’ils n’ont pas pour qu’ils puissent réaliser qu’ils méritent mieux. Pour les aider à réaliser à quel point ils sont extraordinaires. Parce qu’évidemment la personne de qui ils ont été épris durant des années leur a enlevé cette croyance. Ils n’ont plus confiance en eux, ne savent plus ce qu’ils valent et surtout ne savent plus qui ils sont. J’ai de la peine, mais j’ai surtout de la rage de voir combien il peut y avoir de la manipulation dans les relations autour de moi.

Comment se fait-il que ces manipulateurs, hommes ou femmes, réussissent autant ? Comment font-ils pour être capable de vivre avec eux même en sachant ce qu’ils enlèvent à l’autre, à la personne qu’ils disent aimer ? Le pire dans tout ça, c’est que même si la personne qui a été la victime de ces maîtres manipulateurs réalise un jour qu’elle en a assez, qu’elle n’en peut plus, même si elle prend la décision de quitter cette personne, ça ne s’arrêtera pas là. La manipulation va continuer bien au-delà de ça. Vous ne pensez surement pas que cette personne qui perds soudainement le contrôle qu’elle avait sur l’autre va baisser les bras et va se laisser faire aussi facilement ? Bien sure que non … Alors tous les moyens seront bons, des larmes, aux crises, aux menaces. Elle finira bien par trouver ce petit quelque chose qui blessera l’autre et qui fera en sorte qu’elle gardera une emprise sur sa victime.

Être aux côtés d’une personne qui essaie tant bien que mal de se sortir de cette situation nous donne envie de lui transmettre toute la force que nous avons accumulée depuis des années. Mais ce que j’ai appris avec le temps, c’est que nous avons beau être présents pour eux, nous avons beau être gentils, à l’écoute rien ne peut y faire. Ils ont besoin de s’ouvrir les yeux et surtout de briser les chaines par eux-mêmes. Nous aurons beau gueuler haut et fort qu’ils se font manger la laine sur le dos, nous serons tellement directs que ça frôlera la méchanceté pour qu’ils réalisent à quel point l’autre leur fait du mal et qu’ils doivent se tenir droits, qu’ils doivent être plus fort que ça, rien n’y fera tant qu’ils ne croiront pas à nouveau en eux.
Encore une fois le temps ici sera leur meilleur ami. La meilleure chose à faire est d’essayer d’être là et de leur montrer que de la gentillesse ça existe. Que la mesquinerie il n’y en a pas partout. Que parfois quand quelqu’un est gentil avec vous, c’est parce que vous le méritez et non pas parce qu’il y a un piège derrière tout ça.

J’ai douté récemment en moi en me disant que les méchants l’emportaient toujours sur les gentils. Je me suis demandé à quoi cela me servait-il d’être gentille et attentionnée alors que c’est la mesquinerie qui tire plus fort la couverture … Je préfère demeurer dans mon monde de calinours et être la personne que j’ai toujours été parce qu’éventuellement tout fini par nous revenir. Dans mon cas, je crois bien que les méchants ne l’emporteront pas !

Previous Older Entries Next Newer Entries