Non non, j’suis pas jaloux mais …


*** attention, attention, ce texte ne concerne personne en particulier !!! Si vous vous sentez personnellement visé, alors il est peut-être temps de faire un petit ménage de votre conscience***

C’est qui « LUI » … ?
Pourquoi tu as aimé sa photo aujourd’hui.
Essayes pas, je l’ai vu sur facebook, c’était écrit…
Non non j’ai pas fouillé, ça apparaît comme ça sur mon fil.

C’est qui « ELLE » ?
Elle n’arrête pas de commenter tes photos
Essayes pas, je l’ai vu sur Instagram, c’était écrit
Non non, j’ai pas fouillé, je suis juste allée voir tes 50 dernières photos parce que je m’ennuyais de ton visage …

Messages textes, cellulaire toujours sur silencieux ou face virée contre table. Il/elle est parti(e) prendre sa douche, c’est le temps parfait pour regarder qui lui a écrit en dernier.

Retrouver de vieilles conversations qui datent d’avant votre relation, les lire complètement hors-contexte. Se poser 12 millions de questions, c’est qui, pourquoi ?

La jalousie s’arrête où ? À quel moment la jalousie cesse d’être saine ? Parce que c’est normal d’en avoir un peu, c’est une certaine preuve qu’on tient et qu’on a peur de perdre l’autre. Mais de là à regarder et à analyser tout ce que l’autre fait, dit, lit ?

Qui aime être jaloux ? Voyons, c’est le pire sentiment de marde que quelqu’un peut ressentir… Ça vous empoisonne la vie ! Je ne dis pas d’être naïf non plus, mais y’a une limite …

Ton chum te le dit 20 fois par jour que tu es belle, que tu es la femme de sa vie etc, mais oooohhhhh il a aimé une photo d’une fille random qu’il ne connaît pas sur instagram, qui vit probablement sur un autre continent et c’est à ça que tu vas penser quand il va arriver à la maison … Come on …

De la jalousie il y en avait avant les réseaux sociaux, mais c’était tellement moins flagrant ! Au bureau, dans l’autobus, à l’épicerie on pouvait recevoir des compliments. Seule différence, c’est que notre partenaire ne recevait pas un rapport détaillé de ce qu’on s’était fait dire dans la journée par le sexe opposé. Aujourd’hui, tout est là, devant nos yeux … Beaucoup plus facile pour quelqu’un qui a un minimum de problème de confiance en soi de se laisser prendre au jeu de la jalousie.

Facebook, Instagram, Twitter et compagnie auront certainement réussis à créer des liens, mais combien en auront-ils brisé ? Justement à cause de la jalousie ?? Ok je ne suis pas stupide non plus, je sais très bien qu’il y en a quelque-un(e)s qui ont réellement sauté la clôture. Mais dites-vous que si c’est le cas, eh bien cet enfouarré (e) n’en valait pas la peine. Il ou elle l’aurait fait d’une façon ou d’une autre, réseaux sociaux ou non !! Ayez confiance en vous ! C’est possible qu’une autre personne soit plus mince, plus cute, des plus belles lèvres, plus beaux yeux, plus de muscles … Mais on s’en fou, si votre partenaire vous a choisi parmi toutes ces personnes, c’est que vous êtes bien pour eux. Et entre vous et moi, ne venez pas me faire à croire que votre amoureux/amoureuse est le plus bel être sur la terre … On a toujours un plus beau et moins beau que nous ! Mais l’important c’est d’avoir confiance en soi et s’aimer … le reste ça se fait tout seul.

Et en passant, si vous êtes rendus cocus, vous devriez remercier les réseaux sociaux de vous avoir débarrassé d’un beau salaud ou d’une belle épaisse qui ne vous méritait tout simplement pas ! Si la personne l’a fait avec vous, dites-vous qu’elle ne se gênera pas pour le faire avec la prochaine 😉

Isa

Publicités

Je, nous, on ?


Je n’ai pas été en amour souvent dans ma vie. Et quand je l’ai été, j’ai été blessée au plus haut point parce que je me donnais corps et âme… au risque de me perdre dans une relation qui pouvait même être malsaine.

Un besoin d’aimer plus grand que le besoin d’être aimé. Un besoin de sauver plus grand que celui de l’équité.

Comment après 30 ans apprenons-nous à aimer ? À aimer correctement je veux dire ? Parce que tout ce que nous avons vécu, n’a servi en fait qu’à nous laisser d’immenses cicatrices sur le corps, sur le cœur. Des cicatrices qui sont irréversibles, des dommages qui sont tellement profonds qu’ils ne partiront jamais. Un besoin d’aimer maladif, un besoin de passion qui gagne sur la simplicité. Aimer l’autre plus qu’il peut nous aimer est la seule façon que nous avons eu d’aimer… Avoir le sentiment de servir à quelque chose, avoir le sentiment d’être nécessaire dans la survie de quelqu’un plutôt que vivre en parallèle et en complémentarité.

Comment se laisser aimer quand on n’a en fait jamais su c’était quoi juste aimer ? Aimer de manière saine et réciproque ? Si l’amour n’est pas plus fort de notre côté, cet amour n’en vaut pas la peine ? Juste se laisser aimer n’est-il donc pas suffisant ? Qu’en est-il du « advienne que pourra … »?

Qu’est-ce qu’une relation normale ? Première relation j’avais 18 ans, 6 mois après, j’habitais avec lui et il est ensuite devenu le père de ma fille. Deuxième relation, il a cohabité avec son ex pendant 1 an, ne voulait pas avoir le statut de couple, mais était incapable de me laisser partir… Alors à 31 ans, je n’ai aucune idée de ce qu’est une relation « normale ». Parce qu’en fait, lorsque je regarde les couples qui m’entourent, je n’arrive pas à m’identifier à aucun d’eux … Ce qui est le plus difficile c’est ce foutu 5 ans de célibat (parce que la dernière relation n’ayant jamais été officielle plus que 2 mois de suite sur une période de 2 ans… je considère être seule depuis 5 ans). Donc, après 5 ans de célibat, d’habitudes, de vie en solitaire, de réseaux d’amis et de connaissances qui s’est agrandi à la vitesse de l’éclair, de la vie de maman monoparentale, la vie de couple prend quelle place elle ? Nouvelle relation, nouvelle personne, nouvelles habitudes … ouff … donnez-moi de l’eau, de l’air, donnez-moi un jour à la fois.

La peur de blesser l’autre par manque d’expérience mais aussi par peur de perdre ce que nous avons acquis comme liberté. Peur de s’engager, de se dire « ça y est » ? Parce qu’être dans des relations que nous savons vouées à l’échec c’est facile. On n’a pas à penser au futur … on le sait que ça ne durera pas ! Ce n’est que de la passion qui s’éteindra lorsqu’il n’aura plus besoin de nous.

5 ans de célibat … bordel que ça brûle quelqu’un quand vient le temps d’être en nouvelle relation. On sait ce qu’on veut désormais, on sait qu’on veut continuer de penser à nous. Continuer d’avoir du temps pour nous. Nous étant soi-même, mais aussi étant le Je avec les personnes qui nous ont accompagné durant les années de célibat. Par contre, pour la personne qui nous accompagne ça peut être difficile de prendre sa place dans cette vie chargée d’un lourd passé. Difficile parce nous on ne veut pas penser à demain, nous on veut y aller un jour à la fois.

Les remises en questions, les états d’âmes. Bref, un jour à la fois et advienne que pourra !