Non non, j’suis pas jaloux mais …


*** attention, attention, ce texte ne concerne personne en particulier !!! Si vous vous sentez personnellement visé, alors il est peut-être temps de faire un petit ménage de votre conscience***

C’est qui « LUI » … ?
Pourquoi tu as aimé sa photo aujourd’hui.
Essayes pas, je l’ai vu sur facebook, c’était écrit…
Non non j’ai pas fouillé, ça apparaît comme ça sur mon fil.

C’est qui « ELLE » ?
Elle n’arrête pas de commenter tes photos
Essayes pas, je l’ai vu sur Instagram, c’était écrit
Non non, j’ai pas fouillé, je suis juste allée voir tes 50 dernières photos parce que je m’ennuyais de ton visage …

Messages textes, cellulaire toujours sur silencieux ou face virée contre table. Il/elle est parti(e) prendre sa douche, c’est le temps parfait pour regarder qui lui a écrit en dernier.

Retrouver de vieilles conversations qui datent d’avant votre relation, les lire complètement hors-contexte. Se poser 12 millions de questions, c’est qui, pourquoi ?

La jalousie s’arrête où ? À quel moment la jalousie cesse d’être saine ? Parce que c’est normal d’en avoir un peu, c’est une certaine preuve qu’on tient et qu’on a peur de perdre l’autre. Mais de là à regarder et à analyser tout ce que l’autre fait, dit, lit ?

Qui aime être jaloux ? Voyons, c’est le pire sentiment de marde que quelqu’un peut ressentir… Ça vous empoisonne la vie ! Je ne dis pas d’être naïf non plus, mais y’a une limite …

Ton chum te le dit 20 fois par jour que tu es belle, que tu es la femme de sa vie etc, mais oooohhhhh il a aimé une photo d’une fille random qu’il ne connaît pas sur instagram, qui vit probablement sur un autre continent et c’est à ça que tu vas penser quand il va arriver à la maison … Come on …

De la jalousie il y en avait avant les réseaux sociaux, mais c’était tellement moins flagrant ! Au bureau, dans l’autobus, à l’épicerie on pouvait recevoir des compliments. Seule différence, c’est que notre partenaire ne recevait pas un rapport détaillé de ce qu’on s’était fait dire dans la journée par le sexe opposé. Aujourd’hui, tout est là, devant nos yeux … Beaucoup plus facile pour quelqu’un qui a un minimum de problème de confiance en soi de se laisser prendre au jeu de la jalousie.

Facebook, Instagram, Twitter et compagnie auront certainement réussis à créer des liens, mais combien en auront-ils brisé ? Justement à cause de la jalousie ?? Ok je ne suis pas stupide non plus, je sais très bien qu’il y en a quelque-un(e)s qui ont réellement sauté la clôture. Mais dites-vous que si c’est le cas, eh bien cet enfouarré (e) n’en valait pas la peine. Il ou elle l’aurait fait d’une façon ou d’une autre, réseaux sociaux ou non !! Ayez confiance en vous ! C’est possible qu’une autre personne soit plus mince, plus cute, des plus belles lèvres, plus beaux yeux, plus de muscles … Mais on s’en fou, si votre partenaire vous a choisi parmi toutes ces personnes, c’est que vous êtes bien pour eux. Et entre vous et moi, ne venez pas me faire à croire que votre amoureux/amoureuse est le plus bel être sur la terre … On a toujours un plus beau et moins beau que nous ! Mais l’important c’est d’avoir confiance en soi et s’aimer … le reste ça se fait tout seul.

Et en passant, si vous êtes rendus cocus, vous devriez remercier les réseaux sociaux de vous avoir débarrassé d’un beau salaud ou d’une belle épaisse qui ne vous méritait tout simplement pas ! Si la personne l’a fait avec vous, dites-vous qu’elle ne se gênera pas pour le faire avec la prochaine 😉

Isa

Publicités

Je, nous, on ?


Je n’ai pas été en amour souvent dans ma vie. Et quand je l’ai été, j’ai été blessée au plus haut point parce que je me donnais corps et âme… au risque de me perdre dans une relation qui pouvait même être malsaine.

Un besoin d’aimer plus grand que le besoin d’être aimé. Un besoin de sauver plus grand que celui de l’équité.

Comment après 30 ans apprenons-nous à aimer ? À aimer correctement je veux dire ? Parce que tout ce que nous avons vécu, n’a servi en fait qu’à nous laisser d’immenses cicatrices sur le corps, sur le cœur. Des cicatrices qui sont irréversibles, des dommages qui sont tellement profonds qu’ils ne partiront jamais. Un besoin d’aimer maladif, un besoin de passion qui gagne sur la simplicité. Aimer l’autre plus qu’il peut nous aimer est la seule façon que nous avons eu d’aimer… Avoir le sentiment de servir à quelque chose, avoir le sentiment d’être nécessaire dans la survie de quelqu’un plutôt que vivre en parallèle et en complémentarité.

Comment se laisser aimer quand on n’a en fait jamais su c’était quoi juste aimer ? Aimer de manière saine et réciproque ? Si l’amour n’est pas plus fort de notre côté, cet amour n’en vaut pas la peine ? Juste se laisser aimer n’est-il donc pas suffisant ? Qu’en est-il du « advienne que pourra … »?

Qu’est-ce qu’une relation normale ? Première relation j’avais 18 ans, 6 mois après, j’habitais avec lui et il est ensuite devenu le père de ma fille. Deuxième relation, il a cohabité avec son ex pendant 1 an, ne voulait pas avoir le statut de couple, mais était incapable de me laisser partir… Alors à 31 ans, je n’ai aucune idée de ce qu’est une relation « normale ». Parce qu’en fait, lorsque je regarde les couples qui m’entourent, je n’arrive pas à m’identifier à aucun d’eux … Ce qui est le plus difficile c’est ce foutu 5 ans de célibat (parce que la dernière relation n’ayant jamais été officielle plus que 2 mois de suite sur une période de 2 ans… je considère être seule depuis 5 ans). Donc, après 5 ans de célibat, d’habitudes, de vie en solitaire, de réseaux d’amis et de connaissances qui s’est agrandi à la vitesse de l’éclair, de la vie de maman monoparentale, la vie de couple prend quelle place elle ? Nouvelle relation, nouvelle personne, nouvelles habitudes … ouff … donnez-moi de l’eau, de l’air, donnez-moi un jour à la fois.

La peur de blesser l’autre par manque d’expérience mais aussi par peur de perdre ce que nous avons acquis comme liberté. Peur de s’engager, de se dire « ça y est » ? Parce qu’être dans des relations que nous savons vouées à l’échec c’est facile. On n’a pas à penser au futur … on le sait que ça ne durera pas ! Ce n’est que de la passion qui s’éteindra lorsqu’il n’aura plus besoin de nous.

5 ans de célibat … bordel que ça brûle quelqu’un quand vient le temps d’être en nouvelle relation. On sait ce qu’on veut désormais, on sait qu’on veut continuer de penser à nous. Continuer d’avoir du temps pour nous. Nous étant soi-même, mais aussi étant le Je avec les personnes qui nous ont accompagné durant les années de célibat. Par contre, pour la personne qui nous accompagne ça peut être difficile de prendre sa place dans cette vie chargée d’un lourd passé. Difficile parce nous on ne veut pas penser à demain, nous on veut y aller un jour à la fois.

Les remises en questions, les états d’âmes. Bref, un jour à la fois et advienne que pourra !

La quête du Statut


– Et puis comment ça va avec ton chum ?
– Ben en fait nous ne sommes pas encore officiellement en couple …
– Ah non ?
– Non et c’est correct, on a tout d’un couple sauf le titre, alors c’est ok …
– Ben là, si il ne veut pas s’afficher officiellement en couple avec toi, c’est surement parce qu’il ne t’aime pas suffisamment …

Ceci revient souvent dans les conversations entre 2 chums de filles … Les femmes nous avons cette manie de vouloir à tout prix obtenir le titre de Blonde, celui de Couple … Pourquoi ? Pourquoi avons-nous besoin de ces mots pour avoir la certitude que la personne avec qui nous passons nos journées, soirées, w-e, nous aime vraiment ? Pourquoi avons-nous tant de difficulté à simplement croire aux gestes, au concret plutôt qu’à un vulgaire statut ?

J’ai eu longtemps cette théorie où je me disais que si le mec n’assumait pas le fait qu’il vous aimait suffisamment pour vous présenter à ses proches comme étant sa blonde, qu’il ne vous méritait probablement pas. Aujourd’hui mon fusil a changé un peu d’épaule… Vous me corrigerez messieurs si j’ai tout faux …

Ce que j’ai réalisé, suite à une discussion avec mon meilleur ami, c’est qu’un homme prend souvent beaucoup plus de temps qu’une femme à surmonter un échec amoureux. L’orgueil de ne pas avoir réussi, le fait de s’être fait avoir, d’avoir été blessé par cette personne en qui il avait confiance. Une fois le couple terminé, bien difficile il sera pour l’homme de refaire confiance à nouveau. Contrairement à la femme qui, bien souvent (pas toujours) croira à l’amour rapidement lorsqu’elle rencontrera un nouveau prospect.

Alors nous avons notre homme sortant d’une relation de couple de merde, qui a probablement souffert et qui maintenant associe le mot «couple » avec sa dernière relation. Sa dernière relation qui représente pour lui : tromperie, mensonge, engueulade etc. Veut-il retomber dans ce cercle encore une fois ? Non bien évidemment. Alors il agira avec vous comme si il était en couple. Il vous aimera, fera des plans avec vous, mais se gardera toujours cette réticence à vous identifiez comme un couple puisqu’il a peur de se faire avoir à nouveau. Comme me l’a si bien dit mon ami : Donnez lui le temps de mettre sa relation « de merde » derrière lui et de ne plus associer « couple » avec ce qu’il se rappelle de son vécu et les choses rentrerons inévitablement dans l’ordre si réellement il vous aime.

Nous vivons tous avec les séquelles de nos anciennes relations. Certaines blessures prennent plus de temps que d’autres à guérir. Mais parfois il faut laisser aller le passé et faire confiance à la vie.

Tant que les 2 vous êtes bien dans la relation, pourquoi faut-il tant s’attarder à un titre ? Comme pour certaines femmes pour qui le but ultime est de se marier ? Encore une fois obtenir un statut … Pourquoi ne pas juste vivre à fond la relation telle qu’elle se présente et en ressortir le bien ? En couple, accoté, célibataire mais pas disponible, peu importe, vivez à fond ce que vous avez à vivre !!! Une vie, on en a qu’une !

Votre Bavardeuse !

Et si on jouait ?!


J’ai eu une discussion il y a quelque temps avec quelqu’un que je connais à peine mais qui a suscité en moi l’envie d’écrire sur le sujet.
 
Avez-vous remarqué combien il est facile maintenant de rester célibataire longtemps. Bon ok j’en conviens que le mot facile est un peu fort, mais quand même. Le besoin d’être en couple vient souvent du fait que nous avons besoin de partager certains moments intimes à deux, que nous avons besoin d’affection etc. Mais le célibat étant rendu plus populaire que je le croyais, cette personne m’a fait remarquer pourquoi il en était ainsi.

Imaginez vous un vendredi soir seul à la maison. Vous êtes en manque total d’affection et vous avez un peu trop envie de passer une soirée collés à deux. Avant, nous aurions voulu sortir dans un bar, ou essayer du moins de trouver LA personne avec qui nous pourrions former un couple afin de combler ce manque d’affection n’est-ce pas ? Maintenant la réalité est tel que bien souvent, il y a le numéro d’un amant ou d’une maitresse qui traine toujours dans la fond de notre cellulaire. Il devient donc beaucoup plus facile de faire appel à cette personne avec qui la chimie sexuelle omniprésente que de partir à la recherche de LA bonne personne ! Car évidemment, l’avantage de l’amant/maitresse est bien sure la facilité à retrouver notre liberté que nous apprécions tant après la baise.

Alors que ce soit pour le sexe, ou simplement pour combler un manque de calins, c’est rendu trop facile et le besoin primaire de « chasser » et de trouver quelqu’un avec qui le long terme serait possible devient moins attrayant.
Retirons la possibilité d’avoir ces amis avec avantages et croyiez moi, les besoins de se mettre en couple ressortirons ! Qu’on se le dise, les amants sont des jouets vivants que nous rangeons et sortons seulement quand nous en avons envie. Ils ne viennent pas avec les désavantages du couple, mais ne viennent pas avec les avantages non plus. C’est platonique, le même genre de relation qu’avec le petit jouet qui traîne dans le fond de notre tiroir n’est-ce pas mesdames ?!
 
Bref, amant, maitresse, ami avec avantage, appelez les comme vous le voulez, ce ne sont que des béquilles qui semblent nous aider à passer au travers le célibat. Mais en réalité, ces béquilles font souvent en sorte que de vouloir nous caser amoureusement devient moins important et attrayant. Le facile plutôt que le long terme … à vous de choisir.

Votre fidèle Bavardeuse ! 

Je t’ai, tu m’as, nous sommes acquis


Plusieurs d’entre vous m’avez suggéré d’écrire un petit quelque chose sur ces couples qui se prennent pour acquis après plusieurs années. Ici il est important de préciser que je vais généraliser, qu’en aucun cas ce que j’écrirai se rapportera spécifiquement à ma dernière relation sérieuse (par pur respect pour mon ex et sa conjointe !) Bien sure cette relation qui a durée plus de 8 ans est un point de repère, mais bon vous comprendrez que je n’irai jamais en détails dans cette histoire !

Alors établissons un portrait général voulez-vous. Nous avons un couple, rencontrés dans leur début vingtaine. Mais oui, vous savez, à l’âge où les coups de foudre frappent plus fort qu’un coup de poing au visage lancé par Georges St-Pierre. Ces amoureux qui à leur début, soit les 2 ou 3 premières années, ne pouvaient être séparés plus d’une journée. Ceux qui faisaient l’amour parce qu’ils avaient envie l’un de l’autre à tous moments de la journée. Alors vous voyez l’image ? Maintenant, après quelques années de vie commune, ce beau couple à l’image presque parfaite décide de fonder une famille. Bon emploi, stabilité, bref la suite logique des choses. Et c’est souvent ici que la dégringolade commence. SVP vous rappelez que ce que j’écris ne s’applique pas à tous les couples, certains sont plus forts que d’autre, nous sommes d’accord ? Alors, ceci étant dit, la dégringolade débute souvent lors de l’arrivée de ce joli poupon qui a été tant désiré. Le manque de sommeil imminent fait bien souvent en sorte que lorsque nous allons au lit, nous avons plus envie de dormir que de faire des acrobaties. Alors si nous voulons faire plaisir à notre homme qui lui a travaillé toute la journée, bien souvent ça se limitera à une ptite baise qui n’a rien à voir avec ce que nous sommes capables de faire lorsque nous sommes fraîches, dispose et surtout lorsque nous en avons réellement envie !

Monsieur se sent souvent délaissé parce que Madame passe son temps à s’occuper et à penser plus au bébé qu’à lui. Ce qui dans un sens est aussi normal puisque Monsieur est rendu un grand garçon et peut maintenant s’occuper de lui-même. Mais c’est ici que ça commence à devenir un jeu dangereux… Puisque Monsieur se sentant délaissé, il aura vite fait de se trouver des activités qui le feront sentir homme à nouveau et non pas un simple papa qui ne fait qu’assister la maman en cas de crises.

Alors Monsieur peut peut-être commencer à sortir un peu plus de la maison. Allez voir des amis, laissant donc Madame seule à la maison avec bébé. N’oublions pas ici que Madame a déjà passé toute la journée seule avec bébé elle ! Donc Monsieur rencontre de nouvelles personnes, peut flirter un peu, ce qui est légitime puisqu’il ne se sent plus apprécié à la maison. L’important, c’est qu’il fasse toujours attention à bien séparer le flirt d’une réelle dérape (dérape étant ici allez baiser ailleurs)

Madame de son côté se dit que son homme ne lui porte plus d’attention, qu’il ne fait qu’écouter sa télé, sortir avec ses amis et sortir les vidanges pour l’aider dans la maison. Alors chacun de leurs côtés, sans le savoir et surtout sans le vouloir se mettent à rager intérieurement. Commencent à avoir des remises en questions existentielles sur leur couple. Est-ce que la personne dont vous êtes tombés amoureux il y a plusieurs années de celà est vraiment celle qu’il vous faut ? Est-ce vraiment avec cette personne que vous finirez vos jours ?! Je crois personnellement qu’il est normal d’avoir ce genre de remise en question un jour ou l’autre dans notre relation. L’important c’est d’en parler, ce qui malheureusement ne se fait pas dans la plupart des cas. Dans d’autres cas, étant donné que les amoureux se sont rencontrés à un jeune âge, il n’est pas rare qu’en vieillissant les points de vue changent. Que les buts, les valeurs également de l’un ne rejoignent plus celles de l’autre. Il faut maintenant voir si il est possible de toujours continuer de s’aimer dans le respect de l’autre ou si malheureusement les différents ne feront que vous séparer encore plus. Mais si fondamentalement vous vous aimez, que vous ne pouvez imaginer votre vie sans celui ou celle qui la partage depuis plusieurs années, pourquoi alors ne pas faire en sorte de vous laissez aller un peu plus souvent !? Si vous avez des enfants, un w-e chez les grands-parents à se faire gâter ne les tuera pas ! Au contraire sortez, amusez-vous comme vous le faisiez ! Rien ne vous empêche de surprendre l’autre, rien ne vous empêche de faire ce que vous faisiez étant jeunes adultes et d’avoir du plaisir à être ensemble.

Alors mon conseil, venant d’une fille qui a été en couple pendant 8 ans et qui malheureusement, la vie de famille n’a pas réussi pour plusieurs raisons. Si vous voulez que ça fonctionne, faites en sorte que ça fonctionne. Votre couple n’ira pas mieux comme par magie, ça prend la collaboration des 2 ! Si vous ne voyez pas d’issue, alors pourquoi rester en couple ? Pour le bien de l’enfant ? Croyez moi, un enfant même en jeune âge ressent ses choses là. Bien que ce n’est pas la situation idéale, mieux vaut se quitter alors qu’il n’y a pas encore la guerre entre vous, cela facilitera les choses avec l’enfant, que d’attendre que tout explose. Une simple discussion entre vous 2 deviendra donc impossible et c’est LÀ que ça sera nocif pour votre enfant !

Si vous êtes un couple sans enfant, de grâce, cesser de vous dire que l’autre sera toujours là pour vous. L’amour ne devrait jamais être quelque chose d’acquis. L’amour ça se gagne et ça se travaille ! De vrai et bons couples durables ça existe, j’en ai plusieurs autour de moi et à vous je vous dis Bravo !! Continuez de me montrer que ça se peut réellement !

Amoureuse de l’amour


Le problème de plusieurs femmes dont moi, c’est d’être en amour avec l’amour. Alors dès que cet homme qui a osé venir nous aborder, pourrait peut-être être le bon, une hésitation me prends. Puis rapidement, sa gentillesse et ses belles paroles me disant que LUI saura me rendre heureuse (parce qu’évidemment notre Roméo a le secret du bonheur … ouais) alors je me met à commencer à y croire. Non pas croire en lui, parce que pour l’instant je ne crois qu’en l’image de cet amour possible. Alors je me laisse aller à ses paroles, ses projets de vouloir me montrer tout ce que je n’ai pas eu la chance de voir et de vivre ayant été près d’une décennie avec un garçon qui n’a pas su me montrer. Alors cette idée de l’amour fait l’effet d’un cancer sur mon cerveau, faible en cette matière je dois l’avouer, et se répend et je n’y vois plus rien et là j’y crois.

Mais étant ce que je suis, je descends souvent aussi rapidement de ce nuage idéaliste. C’est à ce moment précis, après seulement 1 semaine ou 2 de fréquentations que ses dents croches me dérangent, que le petit bruit qu’il fait lors de l’orgasme me refroidi, que sa façon d’être trop gentil, de me rendre la vie trop facile et prévisible me fait revenir à la réalité. Et alors qu’il croit être en train de tomber amoureux, je lui lance au visage que forcément ça ne pourra fonctionner. Je lui donne raison de ne rien comprendre, puisque seulement 24h plus tôt j’étais encore en train de boire ses paroles lorsqu’il me promettait qu’il allait me traiter en princesse comme aucun autre homme n’avait su le faire avant.

Résultat, je lui brise le cœur parce que je ne l’avais pas regardé lui, mais plutôt l’image qu’il me projetait d’un amour idéaliste possible …

Bon, être amoureuse de l’amour a ses avantages et ses inconvénients. Je revis souvent les débuts, les papillons, l’impression d’être adolescente à nouveau. Mais les mauvais côtés de la chose c’est que bien souvent je leur brise soit le cœur ou je m’en trouve complètement déçue (pour 1 jour ou 2) de réaliser que lui non plus n’était pas le bon. Mais ici détrompez-vous, ce n’est pas arrivé si souvent (du moins à l’âge adulte). Étant donné que je suis consciente de la chose, je me tiens loin de certain sujet qui pourrait être susceptible d’être victime de mon : « désolée, je n’étais pas en train de tomber en amour avec toi, mais je tombais avec l’idée d’être en amour … »

Alors que certains beaux salauds se sont amusés à cœur joyeux de briser le miens par jeux ou par cupidité, moi je continuerai d’y croire et d’être adolescente à chaque fois !