Je, nous, on ?


Je n’ai pas été en amour souvent dans ma vie. Et quand je l’ai été, j’ai été blessée au plus haut point parce que je me donnais corps et âme… au risque de me perdre dans une relation qui pouvait même être malsaine.

Un besoin d’aimer plus grand que le besoin d’être aimé. Un besoin de sauver plus grand que celui de l’équité.

Comment après 30 ans apprenons-nous à aimer ? À aimer correctement je veux dire ? Parce que tout ce que nous avons vécu, n’a servi en fait qu’à nous laisser d’immenses cicatrices sur le corps, sur le cœur. Des cicatrices qui sont irréversibles, des dommages qui sont tellement profonds qu’ils ne partiront jamais. Un besoin d’aimer maladif, un besoin de passion qui gagne sur la simplicité. Aimer l’autre plus qu’il peut nous aimer est la seule façon que nous avons eu d’aimer… Avoir le sentiment de servir à quelque chose, avoir le sentiment d’être nécessaire dans la survie de quelqu’un plutôt que vivre en parallèle et en complémentarité.

Comment se laisser aimer quand on n’a en fait jamais su c’était quoi juste aimer ? Aimer de manière saine et réciproque ? Si l’amour n’est pas plus fort de notre côté, cet amour n’en vaut pas la peine ? Juste se laisser aimer n’est-il donc pas suffisant ? Qu’en est-il du « advienne que pourra … »?

Qu’est-ce qu’une relation normale ? Première relation j’avais 18 ans, 6 mois après, j’habitais avec lui et il est ensuite devenu le père de ma fille. Deuxième relation, il a cohabité avec son ex pendant 1 an, ne voulait pas avoir le statut de couple, mais était incapable de me laisser partir… Alors à 31 ans, je n’ai aucune idée de ce qu’est une relation « normale ». Parce qu’en fait, lorsque je regarde les couples qui m’entourent, je n’arrive pas à m’identifier à aucun d’eux … Ce qui est le plus difficile c’est ce foutu 5 ans de célibat (parce que la dernière relation n’ayant jamais été officielle plus que 2 mois de suite sur une période de 2 ans… je considère être seule depuis 5 ans). Donc, après 5 ans de célibat, d’habitudes, de vie en solitaire, de réseaux d’amis et de connaissances qui s’est agrandi à la vitesse de l’éclair, de la vie de maman monoparentale, la vie de couple prend quelle place elle ? Nouvelle relation, nouvelle personne, nouvelles habitudes … ouff … donnez-moi de l’eau, de l’air, donnez-moi un jour à la fois.

La peur de blesser l’autre par manque d’expérience mais aussi par peur de perdre ce que nous avons acquis comme liberté. Peur de s’engager, de se dire « ça y est » ? Parce qu’être dans des relations que nous savons vouées à l’échec c’est facile. On n’a pas à penser au futur … on le sait que ça ne durera pas ! Ce n’est que de la passion qui s’éteindra lorsqu’il n’aura plus besoin de nous.

5 ans de célibat … bordel que ça brûle quelqu’un quand vient le temps d’être en nouvelle relation. On sait ce qu’on veut désormais, on sait qu’on veut continuer de penser à nous. Continuer d’avoir du temps pour nous. Nous étant soi-même, mais aussi étant le Je avec les personnes qui nous ont accompagné durant les années de célibat. Par contre, pour la personne qui nous accompagne ça peut être difficile de prendre sa place dans cette vie chargée d’un lourd passé. Difficile parce nous on ne veut pas penser à demain, nous on veut y aller un jour à la fois.

Les remises en questions, les états d’âmes. Bref, un jour à la fois et advienne que pourra !

Publicités

2 commentaires

  1. ‘nous’ est un ensemble d’aspect et d’aspiration qu’il faut savoir écouter. Et aussi donner la chance de se faire envelopper sans pour autant tout laisser tomber ses frontières et son histoire. Comme tu le dis, faut savoir ce qu’on veut tout en se permettant de vivre de nouvelles expériences afin de grandir. Il ne faut pas s’abstenir dans la crainte de la douleur, car cela serait de reculer. Mais tout de même éviter de retourner dans les mêmes souliers.

    Oui, un jour à la fois et advienne … ce qu’on en fera 😉

    Bonne chance !

  2. Effectivement, qu’est-ce que la normalité ? Au moins, dans ta vie, tu sembles avoir été amoureuse. Oui c’était il y a longtemps et tu étais jeune et peut-être un peu « rêveuse », mais au moins, tu as resentie quelque chose, ce que tout être humain doit vivre une fois dans sa vie.

    Je suis on peut dire un vieux garcon. J’ai eu des petits flirts, des petites amusettes, mais je n’ai jamais tombé en Amour, vous savez, celui qui fait chatouiller la poitrine, rendre heureux comme tout et fou.

    Je suis du genre patient, et aussi, à ne pas vouloir être avec une femme juste pour ne pas être seul. Je suis sélectif, et là, je crois que je le suis trop, et que mon côté « idéaliste », mon côté amour parfait, me joue des tours. Souvent, je me retrouve dans certains contextes impossible, farfelus, extremes, alors que l’amour dans le fonds, ca doit être simple. Les gens seuls depuis longtemps vivent dans la ouate, ont peur. Je crois que tu es un peu comme moi … tu cherches l’Amour, tu fais certains gestes parfois, parfois sans trop penser, mais dans le fonds de toi, tu hésite, tu recules, bref, tu doutes.

    Que faire pour le trouver cet Amour ? Hé oui, c’est la question. Je ne crois plus au web ni les bars. Je crois encore à la rencontre dans un pub, café, épicerie, mais pour ca, ca prend une chance et aussi du cran. Pas facile. On se pose trop de questions parfois, est-ce là le problème pour nous ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s