Le lièvre et la tortue


J’ai voulu tester une théorie dont j’ai déjà discuté dans un article précédent et il s’avère que pour ce cas ci, j’avais raison. J’explique, ce gars qui m’était impossible de refuser quoi que ce soit, celui qui me faisait sentir un peu comme une prisonnière du « oui » est ressorti de nul part la semaine dernière.  Pour vous expliquer un peu, il  s’est écoulé quelques mois depuis notre dernière rencontre et ce cher jeune homme ne m’avait donc pas revu depuis que le corps que j’avais il y a de ça 6 mois se soit transformé en un corps beaucoup plus mince et              musclé dû à plusieurs sacrifices et heures d’entraînement.

Alors appelons ça la magie du temps des fêtes et je me surprends à recevoir un texto de sa part me souhaitant de passer de Joyeuses Fêtes ! Au début un certain pincement au coeur me pris de court, puis une petite idée commença à faire son chemin dans ma tête.  Cette idée m’est venue après son 4e appel et son 8e texto dans le même après-midi me demandant d’aller écouter une partie de hockey chez lui avec ses amis. Invitation que je refusai évidemment étant devenue la fille forte que je suis maintenant. Bon, ici nous voyons très bien le scénario, monsieur qui n’est pas habitué de se faire dire non ne lâche pas prise et rappel, renvoie texto me demandant de changer d’idée, qu’il a vraiment envie de me voir etc. En fait ce cher jeune homme a une seule envie et ne se gêne pas pour me le dire…. je vous laisse deviner laquelle, pas besoin de détails ici.

Alors que je termine mon entraînement et que je croyais qu’il avait compris que je n’irais pas le voir, je reçois un autre message qui m’a fait allumer … Alors pourquoi ne pas aller le voir et lui passer sous le nez ce qu’il manque et qu’il ne peut plus avoir. Une douce petite vengeance personnelle quoi. Habillée de mes jeans et d’un chandail plutôt normal mais flatteur je décide donc d’aller faire un tour en lui spécifiant que je n’allais rester que pour la dernière période de la partie, mais sans plus. Pas question de dormir là et surtout pas question d’avoir plus de ma part.

Bref, je sonne donc à sa porte et je peux facilement percevoir dans ses yeux, le « wow » que je désirais tant voir. Alors mine de rien, je commence à parler avec ses amis, qui d’ailleurs je n’avais jamais rencontrés avant puisqu’il ne me les avait jamais présentés, j’étais son secret gardé depuis les 2 dernières années disons … Et notre cher monsieur vient derrière moi, caresse mon dos, passe sa main dans mes cheveux comme tout bon amoureux ferait pour sa douce devant ses amis. Mais mon esprit étant claire depuis le début, même si l’envie m’en prenait de lui retourner ces marques d’affection, je n’allais pas flancher, pas cette fois et surtout pas devant ses amis. Alors je résista et comme prévu je quitta à la fin de la partie. Déception de sa part que je ne reste pas chez lui pour dormir. Et là dans l’entrée, alors qu’il tentat de m’embrasser, je lui refusa toute tentative d’avoir un baiser. C’est à ce moment précis où habituellement il m’est complètement impossible de résister à ses lèvres tellement pulpeuses que n’importe qui aimerait se faire embrasser par elles, que je pris conscience que c’était moi maintenant qui avait un pouvoir sur lui et non l’inverse.

Alors ma théorie voulant qu’en donnant le chemin le plus difficile à la personne intéressée pour arriver à nos fins devient ici réalité. Puisque depuis cette journée, j’ai eu droit à des: « mais tu es vraiment magnifique » ou encore des « je pense à toi » ce que évidemment je n’avais jamais eu droit de sa part auparavant ! Bref je ne sais pas si c’est l’effet de ma perte de poids que je lui ai remis gentillement au visage en lui disant que si il avait été assez intelligent la première fois, qu’il pourrait profiter de ce corps à tous les jours ou encore le fait que j’aie ignoré ses avances, mais je semble faire un chemin dans son esprit. Et après qu’il m’ait dit qu’il aimerait re-passer une nuit avec moi, je l’ai avisé que dorénavant, mon joli postérieur venait avec le reste de mon moi-même ! Qu’un ne venait plus sans l’autre ! Alors courez mon cher et vous aurez besoin d’avoir un bon cardio, car pour me ravoir il vous faudra beaucoup d’endurance cette fois !

Publicités

Ma petite histoire de Noël


Les fêtes sont pour moi à la fois joyeuses, tristes et remplies de nostalgies.

Provenant d’une très petite mais tricotée serrée famille, sans cousins ni cousines avec qui partager mes grand-parents, mon frère et moi avons donc toujours eu une relation privilégiée avec eux. Bref de Noël en Noël, la même petite routine agréable prenait place à partir du 24 décembre au soir. Où entourée de mes 4 grand-parents, mes parents et mon frère mangions à volonté pour ensuite développer les cadeaux ! Les cadeaux dis-je ? Non, des montagnes de cadeaux !

Pendant que certains allaient dans la cuisine pour jaser de tout et de rien, mon père lui allait inévitablement s’assoire devant la télé et écouter peu importe quoi ! Évidemment, en bonne petite fille à papa que j’ai toujours été, j’allais le rejoindre. Mon frère lui faisait la conversation avec son meilleur ami, notre grand-père !

Puis, nous descendions au 1er étage de notre duplex dans Hochelaga-Maisonneuve et allions nous endormir en refaisant le décompte de tout ce que nous avions reçu. Inévitablement, le lendemain matin, accroché à notre porte, se trouvait un bas de Noël que le Père Noël avait lui-même pris soins de remplir durant la nuit. Et à l’intérieur se trouvait une panoplie de petits trésors …

Bien que simples, nos Noëls ont toujours été agréables. Maintenant rendu à mon dernier 24 décembre dans la vingtaine, nos Noëls ont changés, mais ils conservent leurs côtés magiques. Mon père ayant perdu sa mère il y a près de 4 ans, ma mère qui a perdu ses parents dans la même année, ce Noël ci sera particulier car il en revient à nous maintenant de faire ressortir la fameuse magie ! Il n’y aura plus nos fameuses jokes de cul avec ma grand-mère ! Mon grand-père ne sera pas au bout de la table à essayer de suivre les différentes conversations, non. Par contre nous fêteront cette année dans leur maison qui est maintenant mon chez moi, alors une partie d’eux y sera avec nous.

C’est maintenant à nous de recréer des moments magiques pour ma fille de 5 ans qui a les yeux gros comme des billes lorsque je parle du fameux monsieur vêtu de rouge et de sa barbe blanche ! Et aussi pour ma nièce qui s’amusera probablement plus avec le papier qu’avec la tonne de cadeaux qui l’attende !

Bref, même si c’est mon 3e Noël en solo, sans avoir personne à embrasser à la fin de ma soirée, je sais que pour ma fille quelque chose de spécial est en train de se produire: la vrai magie de Noël, celle d’avoir les gens importants près de nous.

Alors je voudrais souhaiter à tous les amoureux de trouver la plus belle façon qui soit de rester amoureux ! Aux nouveaux parents de prendre soins de leur tout-petit tout en sachant se garder une vie de couple. Et finalement aux célibataires, je vous souhaite d’être heureux ! Peu importe si c’est en couple ou non, le vrai bonheur vient de vous avant tout et un jour nous allons pouvoir aller se coucher exténués blottis dans les bras de celui ou celle qu’on aime !

Joyeux Noël 🙂 xxx

Mon fantôme


Y’a de ces soirées où certains fantômes viennent nous hanter… Pas nécessairement le fantôme avec lequel nous avons été si longtemps, non plutôt celui qui n’a fait qu’un passage rapide, mais ô combien marquant dans notre vie.

Vous savez cette personne qui aux premiers regards ne nous a pas plu, n’a rien allumé en nous, mais qui au fil des rencontres et surtout lors du premier baiser a su nous électriser sur place ? Cette personne avec qui on a tout fait de travers           dans les débuts car nous ne savions plus comment s’y prendre avec une nouvelle flamme ? Donc inévitablement celle avec qui nous avons tout gâché trop rapidement.  Ce bon gars à qui nous avons permis de devenir un salaud en acceptant lâchement qu’il revienne nous voir tant qu’il en avait envie.

Ne soyons pas dupe, nous savons très bien que secrètement nous souhaitons à chaque fois qu’il réalise qu’il passe à côté de la plus belle chose de sa vie. Et après chaque rencontre on regrette. On regrette de lui permettre de partir avec un petit bout de notre cœur lorsqu’il referme la porte. Ce petit bout qu’il vole en douce et que nous voulons si ardemment qu’il vienne remettre à sa place un jour.

Évidemment on l’a repoussé à plusieurs reprises et évidemment il revient toujours, en couple ou non, il revient. (Eh oui c’est mon infidèle #3) Au bout de quelques mois ce fantôme sort des limbes pour s’assurer que nous sommes toujours là et on se dit, cette fois c’est peut-être la bonne ? Mais non petite naïve, il n’y en aura pas de bonne fois avec lui, sinon il l’aurait réalisé bien avant. Nous devenons donc son jouet amusant qu’il peut ressortir quand bon lui semble jusqu’au jour où l’on se réveille. Même si tout notre corps nous dit de le revoir, même si toutes les parcelles de notre corps meurent d’envie d’être collées encore juste une fois contre lui, on se réveille… Il ne nous aime pas et ne le fera jamais. Bien sure qu’on peut le blâmer de venir nous voler ce petit bout de cœur à chaque fois, évidemment qu’on peut le blâmer! Mais en réalité nous sommes la seule coupable dans cette histoire étant la seule à pouvoir lui donner le pouvoir d’entrer dans notre vie et venir nous blesser.

Alors que vous soyez un homme ou une femme, vous avez sûrement dans votre vie une personne qui agit comme mon fantôme.  Alors tentons de nous dire que nous vallons bien plus qu’un simple fantôme et peut-être allons-nous ouvrir le reste de notre cœur à celui ou celle qui en prendra vraiment soins !

Le Père Noël


Quelqu’un m’a déjà dit que de croire en l’amour était comme de croire au Père Noël. Que c’était exactement identique à lorsque nous étions petits et que tant que le rêve était intact, nous y croyions et la magie fait son effet. Mais à la minute où quelqu’un vient briser cette image, nous devenons foutu et devons nous rendre à l’évidence que le grand amour tout comme le Père Noël étaient des histoires montées de toutes pieces.

Oseriez vous dire à un enfant qui croit encore au Père Noël que ce dernier n’existe pas ? Non sûrement pas, car tant qu’il y croit, il y aura toujours une étincelle dans ses yeux lorsque nous prononcerons son nom. Pour l’amour c’est identique, qui sommes nous pour allez vers quelqu’un convaincu que l’amour existe vraiment et lui dire que ce n’est que de la foutaise et comme le Père Noël, qu’il n’existe que dans les films. Croire en quelque chose c’est ce qui nous raccroche à la vie, alors si c’est de croire en l’amour, croire à la vie après la mort, nous devrions être en mesure de respecter ces croyances et laisser la magie opérer. La vie fera le reste !

Peut-être que le ou la grande rêveuse aura le cœur brisé plus souvent qu’à son tour. Peut-être que les déceptions se succèderons, mais tant qu’elle y croit, elle pourra avoir la certitude qu’un jour elle l’aura ce fameux cadeau. Ce cadeau tant rêvé et demandé à chaque bougies qu’elle a soufflées lors de ses anniversaires ou encore à chaque étoiles filantes qu’elle aura apperçue traverser le ciel !

Alors pour Noël cette année oui je vais encore me souhaiter de trouver mon grand-amour mais je vais également souhaiter que cette personne qui m’a dit que l’amour n’était qu’un mythe soit un jour renversée par son âme-soeur et ainsi viendra à moi en me disant: Je l’ai trouvé !

Les infidèles


Étant célibataire depuis plus de 2 ans, je peux vous confirmer, non pas sans déceptions, que j’ai vu des séducteurs de toutes sortes. Mais le séducteur qui est revenu le plus souvent, celui qui est ressorti du lot à plusieurs reprises est l’infidèle. Depuis mon célibat un minimum (selon ma mémoire qui fait bien souvent défaut) de 6 hommes en couples à la recherche d’une aventure ou simplement d’un flirt m’ont abordé.

Messieurs, je vous entends déjà crier du haut de votre balustrade :  » Oui mais les femmes, vous n’êtes pas mieux ! »  Bon, vous pouvez redescendre maintenant ! Je n’ai jamais insinué que les femmes elles, étaient fidèles ! Je crois peut-être par contre qu’elle sont plus discrètes à ce sujet. Bref, étant donné que se sont les cas d’infidélités masculines dont j’ai été la proie ou la spectatrice, c’est de celles là dont je vous parlerai.

Le premier infidèle est celui un peu plus âgé. Celui qui ne sort plus dans les bars. Il est marié et a souvent des enfants et vous le reconnaîtrez souvent par sa maladresse dans sa façon d’aborder la gente féminine. Cet infidèle qui tentera un petit sourire gentil et inoffensif de bonjour dans l’ascenseur. Pour ensuite le voir rôder près de votre bureau (alors que le siens est à l’opposé du vôtre) pour pouvoir prendre en note le nom qui est affiché sur votre cubicule. Et c’est là, quelques instants plus tard que vous recevrez un courriel de sa part vous disant qu’il n’a jamais osé vous dire lorsqu’il se trouvait face à vous que vous êtes magnifique et qu’il aimerait vous connaître. Après quelques échanges de courriels, inévitablement vous commencer à faire votre petite enquête pour en savoir plus sur cet inconnu. Et là … un ou une collègue vous dis: « aahhh oui… lui, ouais il a une femme et 2 enfants. » Eh ben voilà !! Le chat sort du sac et alors qu’il vous demande d’aller manger avec lui vous lui lancer: « mais tu n’as pas une femme!? » et lui de rétorquer après quelques longues minutes, qu’effectivement il a une femme mais qu’il aimerait quand même échanger … échanger quoi ? Ça je ne me suis pas rendue là lui fermant la porte au nez !

Notre 2e infidèle est le Don Juan, celui qui a de l’expérience dans le domaine, qui collectionne maîtresses et aventures depuis toujours. Lui aussi est bien « casé » depuis plusieurs années. Cet infidèle ira même jusqu’à dragger en plein embouteillage au retour à la maison. Draggrant en nous envoyant des sourires dans les rétroviseurs et qu’à quelques minutes de sa sortie, c’est là qu’il vous demande votre numéro de téléphone, que dans mon cas j’ai donné ! Parce qu’avouons le, ce genre d’infidèle est plutôt mignon 🙂 !
Alors, après quelques échanges téléphoniques qui nous font sentir comme une ado à l’idée d’avoir rencontré un possible « match » en plein heure de pointe, il nous lance : « avant qu’on se voit, je veux juste que tu saches que je suis marié et que j’ai 1 enfants ». Et là on se dit quel beau salaud et déception. Mais ce Don Juan, cet infidèle n’ayant pas été habitué au refus, reviens environ 1 fois chaque 3-4 mois par texto prenant de nos nouvelles et espérant que nos hormones nous guiderons éventuellement vers lui.

Et finalement, notre 3e infidèle (qui se méritera sûrement un article à lui seul un de ces 4 en passant). Cet infidèle est l’ancienne fréquentation/amoureux  qui revient après quelques temps pour avoir de vos nouvelles… Mais qui en réalité veut simplement, disons le, vous baiser. Le hic, c’est que notre cher ami a quelqu’un dans sa vie, ce qu’il semble souvent oublier. Et étant donné que les sentiments sont ce qu’ils sont, nous ne nous refusons pas à le voir en nous disant et puis quoi, il m’a brisé le cœur après tout, alors pourquoi je devrais m’en faire pour elle ? Donc l’acte se reproduit et lorsque nous lui mentionnons que nous n’aurions jamais cru qu’il était un homme infidèle (pauvre naïves que nous sommes) il nous rétorque : «  mais je veux que tu saches que je crois vraiment avoir trouvé la bonne personne, je l’aime vraiment » Ah mais oui ! c’est évident et c’est pour cette raison que tu te retrouves dans mon lit !

Bref chaque personne a sa façon d’être infidèle, autant les hommes que les femmes. Alors il m’en vient à me poser la question : comment dans un monde de célibataire, lorsque nous voyons toutes ces personnes être infidèles, alors que de l’extérieur le couple semble inébranlable, comment pouvons nous encore croire que celui que nous allons rencontrer sera différent ? La fidélité serait-elle maintenant dépassée ? Ou c’est simplement plus accepté dans la société d’aujourd’hui ?

Sur ce, si vous êtes infidèles à votre conjoint(e), soyez au moins fidèle à la moi ! xx

La réponse du syndrome du Saint-Bernard (unbeausalaud.wordpress.com)


Selon le beau Salaud, les femmes auraient tendance à avoir le syndrome du Saint-Bernard qui s’expliquerait comme suit:

« Dites les filles, est ce que vous savez que la plupart d’entre vous ont le syndrome du Saint-Bernard ?

Allons, ne faites pas semblant de ne pas comprendre, le Saint-Bernard est ce chien de haute montagne dont l’unique but dans la vie, l’unique passion, est de sauver des gens.
Et tous les gars un peu avisés, ont déjà relevé dans les yeux de leur compagne cet œil brillant, cette prunelle qui irradie d’un drôle de regard. Parce qu’il arrive toujours ce moment, quand une femme vous aime, où elle désire vous sauver de vous-même, de ce que vous êtes.
Vous sauvez contre votre gré. » (tiré de l’article du beausalaud)

Et voici ma réponse et où l’envie de blogguer m’est venue:

Le syndrome vient effectivement à un moment ou à un autre dans la vie d’une femme jusqu’au jour où elle réalise, qu’il est absolument inutile d’essayer de changer son homme. Certaines le réalise à l’adolescence et d’autre à l’âge adulte essayant tant bien que mal « d’élever » ces grands enfants de 30 ans…
Une fois cette phase terminée et derrière elle, la femme réalisant que l’homme est ce qu’il est, parfois il en revient à l’homme d’espérer de la femme que cette dernière soit autant la bonne amante, l’amie, la femme respectable devant les autres, mais un peu putain au lit tout en ayant la fibre maternelle. Ainsi lorsque vous dites cher beau Salaud que la femme a besoin de se sentir unique, tel est effectivement le cas, mais la femme a également besoin de sentir que rien n’est acquis et qu’un côté « toujours à gagner » reste dans la relation, surtout dans les débuts de celle-ci sans quoi elle se lassera rapidement de cet homme qui la fait sentir trop belle, trop bien et trop parfaite pour lui. La nature étant ce qu’elle est, d’un côté que de l’autre, l’être humain a besoin de se faire challenger, il a besoin de sentir qu’il doit obtenir quelque chose. Lorsque c’est trop facile où en est le plaisir ? Comment obtenir l’attention de l’autre ? (et ici je parle autant pour les femmes que pour les hommes)
Facile, il ne suffit que d’ignorer un appel, un texto et voilà le tour est joué et inévitablement le doute se met à planer dans l’esprit de celui qui a fait le pas.
Donnez la voie facile à un homme et il ne s’intéressera pas à vous.
Faites le courir un peu, faites ressortir son esprit de chasseur et vous pourrez être presque assurée d’un succès avec lui.
Donnez la voie facile à une femme, elle n’y verra aucun attrait, laissez la essayer de vous séduire et d’avoir l’impression que vous l’avez choisi ELLE parmi toutes les autres, et vous aurez alors votre amante parfaite !

Mon beau Salaud, mes salutations !

Amoureuse de l’amour


Le problème de plusieurs femmes dont moi, c’est d’être en amour avec l’amour. Alors dès que cet homme qui a osé venir nous aborder, pourrait peut-être être le bon, une hésitation me prends. Puis rapidement, sa gentillesse et ses belles paroles me disant que LUI saura me rendre heureuse (parce qu’évidemment notre Roméo a le secret du bonheur … ouais) alors je me met à commencer à y croire. Non pas croire en lui, parce que pour l’instant je ne crois qu’en l’image de cet amour possible. Alors je me laisse aller à ses paroles, ses projets de vouloir me montrer tout ce que je n’ai pas eu la chance de voir et de vivre ayant été près d’une décennie avec un garçon qui n’a pas su me montrer. Alors cette idée de l’amour fait l’effet d’un cancer sur mon cerveau, faible en cette matière je dois l’avouer, et se répend et je n’y vois plus rien et là j’y crois.

Mais étant ce que je suis, je descends souvent aussi rapidement de ce nuage idéaliste. C’est à ce moment précis, après seulement 1 semaine ou 2 de fréquentations que ses dents croches me dérangent, que le petit bruit qu’il fait lors de l’orgasme me refroidi, que sa façon d’être trop gentil, de me rendre la vie trop facile et prévisible me fait revenir à la réalité. Et alors qu’il croit être en train de tomber amoureux, je lui lance au visage que forcément ça ne pourra fonctionner. Je lui donne raison de ne rien comprendre, puisque seulement 24h plus tôt j’étais encore en train de boire ses paroles lorsqu’il me promettait qu’il allait me traiter en princesse comme aucun autre homme n’avait su le faire avant.

Résultat, je lui brise le cœur parce que je ne l’avais pas regardé lui, mais plutôt l’image qu’il me projetait d’un amour idéaliste possible …

Bon, être amoureuse de l’amour a ses avantages et ses inconvénients. Je revis souvent les débuts, les papillons, l’impression d’être adolescente à nouveau. Mais les mauvais côtés de la chose c’est que bien souvent je leur brise soit le cœur ou je m’en trouve complètement déçue (pour 1 jour ou 2) de réaliser que lui non plus n’était pas le bon. Mais ici détrompez-vous, ce n’est pas arrivé si souvent (du moins à l’âge adulte). Étant donné que je suis consciente de la chose, je me tiens loin de certain sujet qui pourrait être susceptible d’être victime de mon : « désolée, je n’étais pas en train de tomber en amour avec toi, mais je tombais avec l’idée d’être en amour … »

Alors que certains beaux salauds se sont amusés à cœur joyeux de briser le miens par jeux ou par cupidité, moi je continuerai d’y croire et d’être adolescente à chaque fois !